La co-construction de la demande éclairée.

Comment accompagner la co-construction de la demande d'une prise en charge d'une personne en souffrance psychique ?

L’identification et l'élaboration de cette demande est un élément central dans la prise en charge psychothérapeutique. Aussi, nous avons rassemblé des informations pragmatiques concernant l’accompagnement de l'élaboration de la demande.

Ainsi, selon Tarde (2012), la demande de la personne peut se décliner en trois types :

1)   Une demande d’expression « J’ai besoin de parler »,

2)   Une demande de compréhension qui peut se formuler ainsi « Aidez-moi à comprendre ce qu’il m’arrive, et d’où ça vient »,

3)   Une demande de changement « Quelque chose ne me convient pas dans ma vie, je veux que ça change ».

Il est à noter que si la vie impose à la personne un changement, l’ambivalence inhérente à l’être humain va consister à résister au changement visé, ou éventuellement à chercher les aménagements les plus minimes permettant de continuer à « faire comme avant ». En ce sens, derrière toute demande de changement, il y a une demande de non-changement (Tarde, 2012).

De façon pragmatique en psychologie, ce terme de demande renvoie aux différentes motivations pour lesquelles la personne se trouve dans une situation d’entretien Montreuil et Doron, (2009). La demande de la personne auprès du professionnel ne se réduit pas à son énoncé. Elle requiert de la part du professionnel un travail d’élaboration qui tient compte, nous l’avons vu, de son ambivalence mais aussi d’autres facteurs et en particulier, de qui elle émane : le patient, le conjoint, une institution…

C’est pourquoi le professionnel ne peut opérer qu’à partir d’une demande du patient ou reprise à son compte par lui, et non sur commande d’un tiers (conjoint, juge, chef de service…) Neubuger, (1980). En conséquence, il revient au professionnel d’analyser et co-construire cette demande avec celui qui la porte.

Mais avant de pouvoir cerner la demande, il reste au professionnel à transformer la démarche de la personne en une demande, dans le sens où le risque est que la personne se contente de sa démarche pour remettre entre les mains du professionnel son propre devenir Chambon et Marie-Cardine, (2014). Pour influencer positivement ce risque, le professionnel invite de façon implicite le patient à se responsabiliser dans sa demande.

Chambon et Marie-Cardine (2014) proposent plusieurs questions qui tentent de rendre le patient acteur de son projet de compréhension, de changement (l'empowerment individuel) … :

-     « Qu’attendez-vous de ma part ? »

-     « Qu’avez-vous fait jusqu’à présent pour tenter de trouver une aide au problème dont vous me parlez aujourd’hui ? »

-     « Combien de temps me donnez-vous pour vous aider ? »

-     « Quel sera pour vous le premier changement pertinent ? »

Dans la prise en charge de la souffrance psychique, cerner la première motivation (implicite, explicite) de la demande est extrêmement importante car elle permet à la personne en souffrance de se sentir comprise et pour le professionnel de définir l’orientation principale des premiers entretiens.

Est-ce une demande d’expression ? De compréhension ? De changement ? Le professionnel doit pouvoir évaluer et élaborer une représentation claire et cohérente de la motivation de la demande de la personne.

Montreuil et Doron (2009) décrivent trois situations schématiques auxquelles le professionnel se trouve confronté face à une demande confuse, embrouillée. La catégorisation proposée par ces auteurs, présentée ci-après, permet de clarifier et d’identifier rapidement la nature de la demande :

1.      La demande n’émane pas du patient. Elle lui est extérieure (le conjoint, une institution …) ou encore imposée par une décision de justice (injonction de soins). La dimension de coopération est essentielle à la bonne prise en charge. Dans ces deux contextes, les demandes comportent des biais, le rappel du cadre et de la déontologie de la profession est nécessaire. Ils permettent de constituer les clauses de la mise en place des éléments nécessaires à la bonne poursuite de l’entretien.

2.     La demande concerne une autre personne que l’individu qui vient consulter. C’est une demande d’entretien par procuration. Le professionnel doit alors recentrer la demande sur la personne qui vient consulter en tentant de faire comprendre à cette personne ce qui le fait souffrir dans la situation qu’il présente.

Dans ces deux premiers contextes de prise en charge, l’objectif du professionnel est de re-contextualiser la demande, de façon à permettre à la personne de se la réapproprier.

Dans le troisième contexte, ci-dessous, le professionnel centre son attention sur l’élaboration et la reformulation de la demande de la personne :

3.      La demande est trop confuse, ou trop générale « Je voudrais ne plus souffrir ». Dans ce contexte, le professionnel travaille de façon plus précise la demande en entrant dans le détail, en faisant reformuler une demande en termes positifs et précis sur ce que la personne souhaite : « Je souhaiterais recouvrer une qualité de sommeil qui correspondrait à des nuits complètes d’environ sept heures effectuées d’une seule traite ».

Le cadre théorique évoqué ci-dessus est pratique et permet de cerner la demande verbale même quand elle est mal formulée.

Mais il y a une autre type de demande en situation de crise psychique : la demande dans l’acmé de la crise suicidaire que vous pouvez découvrir ici dans cet article.

Vous souhaitez vous simplifier la vie :-), et/ou diminuer votre charge de travail mental dans votre activité professionnelle ou encore travailler avec une plus grande efficience. Découvrez PsyTools, la meilleure application pour vous seconder dans votre pratique.

PsyTools : Outil Demande

Testez dès maintenant GRATUITEMENT l’outil Demande et les aux autres outils de prise en charge, notamment,  PsyLife, PsyEmotion, PsyEduc, entretien ... dans une application conforme au Règlement Général sur la Protection des Données européen (RGPD).

PsyTools : Outils de prise en charges

Biliographie :

Chambon, O., et Marie-Cardine, M. (2014). Les bases de la psychothérapie - 3e éd: Approche intégrative et éclectique. Dunod.

Montreuil, M., et Doron, J. (2009). Psychologie clinique et psychopathologie. Presses Universitaires de France - PUF.

Neubuger, R. (1980). « Aspects de la demande en psychanalyse et en thérapie familiale ». Thérapie familiale,1 (2) : 133-144.

Tarde, P. (2012). Les demandes., http://www.etre-grandir.net/?page_id=73.